top_cst_rt21

Le format IMF – « Cinema Mezzanine » est une spécification technique précise – une Application – associée à une famille de format plus large standardisée par le SMPTE : l’IMF (Interoperable Master Format).
Ce format a été proposé initialement comme appendice de la recommandation RT-021 par le groupe de travail CST en 2013, avant de suivre le processus de standardisation SMPTE et être finalement publié en 2016 sous la référence SMPTE ST 2067-40.

IMF

Aujourd’hui, l’utilisation la plus connue de l’IMF est l’Application 2 étendue « Studio master », utilisée en particulier comme format de livraison par Netflix.
L’IMF reprend l’architecture de fichiers du DCP et en étend les possibilités. L’image, le son et les sous-titres sont stockés dans des fichiers MXF séparés, que l’on appelle les essences.
Une CPL, pour composition playlist, permet d’indiquer l’assemblage a effectuer pour lire les différents éléments dans le media final. Ce fichier est au format XML, et peut être facilement consulté même sans éditeur spécialisé.

Le format IMF reprend aussi la notion de package, c’est à dire une unité de livraison, comprenant un certain nombre de fichiers, que ce soit des CPL ou des essences.
Un des principaux avantage de ce format est de pouvoir faire des livraisons incrémentales. Par exemple, on peut livrer un package comprenant le master de la version originale d’un film, avec les éléments son de version originale, l’image. Un deuxième package pourra être livré avec une CPL référençant des assets du premier package, sans les livrer à nouveau. On pourra donc transmettre uniquement le son en français et les images comportant des titres, sans retransmettre l’intégralité.

L’IMF introduit un nouveau type de fichier, qui n’existe pas dans le DCP : l’OPL. Celui-ci permettra de guider la conversion du master contenu vers un fichier lié à un besoin précis. Il peut par exemple piloter le transcodage vers un master de diffusion télévisuelle avec des bandes noires ou du pan & scan, vers l’espace couleur de diffusion et les canaux audio nécessaires.
Cette façon de travailler est source de cohérence, d’économie de stockage et de bande passante.

L’ensemble des spécifications de l’IMF sont maintenues par la SMPTE. Un jeu de standards définit les « core constraints », c’est à dire le socle commun au format. Ensuite, vient un standard par application pour spécialiser les contraintes en fonction du domaine d’application et des différents cas d’usage métiers.

L’application la plus utilisée aujourd’hui est l’IMF application 2 étendue, qui est demandée par Netflix. Il est à noter que l’entreprise dispose d’un cahier des charges très complet qui spécialise encore un peu plus les contraintes pour ses besoins spécifiques.

L’application 4 – Cinema Mezzanine

L’App#4 Cinema Mezzanine a pour objectif la constitution d’un master haute qualité pour les films cinématographiques. L’ensemble des spécifications techniques ont été choisies pour assurer la qualité et éviter les ambiguités.
Les images 4K ou 8K peuvent être stockées dans des conteneurs MXF utilisant la compression lossless JPEG 2000 et un stockage des pixels sur 16 bit entiers non signés par primaire. L’espace colorimétrique retenu est le XYZ, non pré-compensé.

Liste des solutions supportant l’IMF application #4 – Cinema Mezzanine

Ce format est désormais implémenté par les principaux constructeurs de solutions d’encodage.

  • Rhode & Schwarz Clipster (V6)
  • Marquise – Mist
  • Colorfront – Transkoder
  • QC IRT Analyzer
[vc_posts_grid loop= »size:30|order_by:date|post_type:post|tags:76″ grid_columns_count= »2″ grid_layout= »title|link_post,image|link_post,text|excerpt,link » grid_link_target= »_blank » grid_thumb_size= »miniature » title= »

Articles sur la RT21 et l’IMF :

« ]