MARCHONS SUR LES MARCHES – Episodes 11 et 12

15
Mai

MARCHONS SUR LES MARCHES – Episode 11

Netemo Sametemo – Réalisateur : Ryusuke Hamaguchi

Avant

Retour au Japon, celui d’une jeunesse qui cherche l’amour …

La séance – Le film

On est souvent ému par la délicatesse du cinéma japonais, notamment lorsqu’il traite des émotions humaines. Le film d’avant-hier de Kore-Eda Kirozaku nous a totalement emportés. Dans ce nouveau film, la mayonnaise ne prend pas. Voilà une oeuvre où la technique n’aide pas. Incohérence des colorimétries, montage simpliste, on ose espérer que le film n’est pas terminé, ce qui est parfois le cas en sélection. La beauté et la sobriété de l’actrice principale ne sauvent pas tout. Ces deux heures d’une jeune femme qui oscille entre ses rêves et la réalité de l’amour ne trouvent pas la poésie que l’on espère. Dommage.

Après

On se réconforte en pensant au film japonais précédent.

 

MARCHONS SUR LES MARCHES – Episode 12

Blackkklansman – Réalisateur : Spike Lee

Avant

Attention la foule, l’Amérique est là, dans toute sa splendeur, ses excès, son dynamisme. Ambiance sur les marches, ambiance dans la salle, Spike Lee annonçant la couleur avec ses bagues composant les mots « Love » et « Hate ».

La séance – Le film

Faisons la différence entre le contenant et le contenu. Le message est attendu : la lutte contre le racisme et l’extrémisme. Message reçu, pas de problème. L’analogie entre des événements des années 60 et le discours de Trump est bien exposée, tout cela fonctionne. Respect, mais on en attendait pas moins.

Pour la forme, on était plutôt dans un remake pas vraiment rythmé d’un épisode de Starsky et Hutch. La mise en scène est lente et souligne à gros trait les effets recherchés. Les acteurs sont en limite de caricature. On ne peut pas faire un film que sur un message, certes très important et le nom d’un réalisateur, il faut un peu plus pour nous faire adhérer. Bravo M. Spike pour le message, mais emmenez-nous, ne nous laissez pas simples témoins.

Après

Comme pour Plaire, aimer et courir vite, le message est transmis et a fait succès auprès du public, mais pour qu’il porte loin, ne faudrait-il pas s’attacher à une forme qui nous marque et nous transporte ?

 

Print Friendly, PDF & Email