You are currently viewing Les PRIX CST au Festival de Cannes

Les PRIX CST au Festival de Cannes

EXCELLENCE TECHNIQUE ET ENGAGEMENT

Cette 75ème édition du Festival de Cannes accueille la 69ème édition du Prix de la CST – Commission Supérieure Technique de l’Image et du Son qui valorise l’excellence technique. Au fil des éditions, le prix a évolué du « Grand Prix Technique » au « Prix Vulcain de l’artiste-technicien » en 2003 pour devenir le « Prix CST de l’Artiste-Technicien » en 2019. Les palmarès ont mis en lumière des filmographies incontournables et des contributions exceptionnelles d’artistes techniciens qui ont su sublimer le souhait d’un réalisateur / d’une réalisatrice. Ce prix concerne les films en compétition au Festival. Cette année, 105 techniciens concourent pour le prix sur les 21 films en compétition.

Dans cette édition 2022, notons le retour d’au moins deux anciens lauréats, preuve de l’excellence technique reconnue au Festival de Cannes. Josefin Åsberg, primé en 2017 pour son travail de Production Designer pour le film The Square de Ruben Östlund, revient en compétition avec le film Triangle of Sadness, toujours sous la direction de Ruben Östlund. Ryu Seong-hee, primée en 2016 pour son travail de Directrice Artistique pour Mademoiselle de Park Chan-Wook, est également de retour avec le film Haeojil Gyeolsim, une nouvelle fois sous la direction de Park Chan-Wook.

Le Prix CST de la Jeune Technicienne, dont ce sera la deuxième édition, récompense une jeune femme française cheffe de poste dans un film présenté, en Sélection officielle au Festival de Cannes. Le Prix CST de la Jeune Technicienne de cinéma œuvre pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’industrie du cinéma et affirme la volonté de la CST de donner de la visibilité au travail cinématographique de qualité que produisent chaque année des jeunes techniciennes françaises. Lors de la 1ère édition, Armance Durix fut récompensée pour son travail de cheffe opératrice son sur le film Mi Iubita, mon amour de Noémie Merlant. À travers ses prix, la CST souhaite mettre en valeur l’importance du savoir-faire créatif et technique de tous les techniciens du cinéma.

Une Marraine pour le Prix CST de la Jeune Technicienne : Carole Bellaïche

Carole Bellaïche © Angela Kébadian 2021

Après Raymond Depardon l’année dernière, c’est au tour de la photographe Carole Bellaïche de marrainer le prix de la jeune technicienne de cinéma. Elle remettra à la jeune lauréate lors d’un évènement dédié une photo issue de sa collection personnelle.

Portraitiste passionnée de cinéma, Carole Bellaïhe s’est rapidement imposée auprès d’acteurs, actrices ou autres réalisateurs qui sont devenus ses modèles favoris. Ses projets personnels parlent du voyage, explorent les lieux qui l’inspirent, dirigent des mises en scène d’objets ou de personnages. 

L’amour du cinéma l’amène en 2013 à réaliser son premier court métrage avec Fanny Ardant en tête d’affiche.

Les membres du Jury 2022 du Prix CST de l’Artiste-Technicien

Evgenia Alexandrova, Sophie Chiabaut, Agnès Salson, Bertrand Seitz, François Troukens, Fred Volhuer ©DR
  • Evgenia Alexandrova – Cheffe opératrice et réalisatrice
    Née en 1988 en Russie, Evgenia Alexandrova suit tout d’abord une formation de management à l’Université d’État de Saint Pétersbourg dont elle sort diplômée en 2009. Elle déménage par la suite à Paris où elle effectue un Master à l’ESSEC.  À la fin de ses études en Management, Evgenia Alexandrova décide de se lancer dans le cinéma. Elle intègre La Fémis, section image, en 2012. Après de nombreux films en tant que cheffe opératrice, elle réalise un documentaire en 2016, Svalbard, son film de fin d’études. Elle réalise par la suite Le Retrait des Troupes en 2017, produit par La Fémis et Arte.  En 2020, elle réalise Wanderers, produit par Aurora Films. Le film est sélectionné à l’édition 2020 de La Cabina.  Son prochain court-métrage, Le télescope d’Einstein, est actuellement en production.
  • Sophie Chiabaut – Ingénieure du son
    Ingénieure du son, Sophie Chiabaut a démarré sa carrière en 1976 avec Le Jouet de Francis Veber. Pendant plus de quarante ans, elle a travaillé avec des cinéastes de renom tels que André Techiné, Wim Wenders, Jean-Jacques Beineix, Coline Serreau ou encore Jean-Pierre Jeunet. Elle a également collaboré avec Raymond Depardon comme ingénieure du son sur Délits flagrants et 10ème chambre – instants d’audiences.
  • Agnès Salson – Programmatrice de cinéma
    Diplômée de la section distribution/exploitation de l’école nationale de cinéma La FEMIS, Agnès Salson est partie sur les routes de France et d’Europe avec son partenaire Mikael Arnal pour explorer comment les salles de cinéma indépendantes se réinventent. Le projet conduira à la publication de Cinema Makers – Le nouveau souffle des cinémas indépendants (2019, Le Blog Documentaire). Elle a co-fondé la salle de cinéma La Forêt Électrique à Toulouse et souhaite faire vivre un cinéma chaleureux, ancré dans la cité, embrassant les nouvelles pratiques et les nouvelles formes d’images animées.
  • Bertrand Seitz – Chef décorateur
    Chef décorateur, Bertrand Seitz a démarré sa carrière en 1994 avec Le grand blanc de Lambaréné de Bassek Ba Kobhio. Sa filmographie, éclectique compte de nombreuses collaborations avec des réalisateurs comme Florent-Emilio Siri (Nid de guêpes), Marc Caro (La cité des enfants perdus, Dante 01), Albert Dupontel (Le vilain) ou encore Eric Besnard (Délicieux, L’esprit de famille). Bertrand a récemment été nominé aux César pour Délicieux.
  • François Troukens – Réalisateur et scénariste
    Cinéaste, auteur et scénariste belge, François Troukens est un homme aux multiples talents. En mai 2012, il écrit le roman graphique Forban avec le dessinateur suisse Alain Bardet. En août 2016, François Troukens co-réalise son premier long métrage Tueurs avec le chef opérateur Jean-François Hensgens. Il a bénéficié d’un casting cinq étoiles avec les comédiens Olivier Gourmet, Bouli Lanners, Loubna Azabal et Natacha Régnier. Le film est diffusé en avant-première mondiale à la Mostra de Venise en septembre 2017. Il sort en salles le 6 décembre 2017 en France comme en Belgique. En 2019, il réalise le court métrage Bang Bang avec Damso et JoeyStarr puis réalise deux ans plus tard des reconstitutions pour M6 et la chaine américaine Vice. Aujourd’hui, François Troukens écrit le scénario de son second long métrage et une série.

  

  • Fred Volhuer – PDG d’Atlas V
    Avant de cofonder Atlas V, Fred Volhuer a lancé une société de conseil pour soutenir les pièces créatives en VR/AR avec stratégies de marketing/distribution et travaille dans le domaine des crypto-monnaies. Il est également conseiller stratégique de plusieurs entreprises de technologies innovantes.

Les membres du Jury 2022 du Prix CST de la Jeune Technicienne

Chloé Cambournac, Claude Garnier © DR
  • Chloé Cambournac
    Cheffe décoratrice de cinéma, de court-métrages ou de fictions, Chloé s’est formée à l’ENSAD (Arts Déco Paris) en section Scénographie, sous la direction de Guy-Claude François. Investie activement depuis plusieurs années à l’ADC et à l’APC (les César), elle œuvre activement en faveur de l’inclusivité, de la diversité et de la créativité de nos cinémas. Elle a récemment collaboré avec Cédric Klapisch (Deux moi), Mounia Meddour (Papicha) ou encore Sébastien Schipper (Roads) … Membre depuis l’origine du collectif Eco déco ciné, Chloé apportera son regard passionné, investi et responsable sur les films de la sélection.
  • Claude Garnier
    Directrice de la photographie, Claude Garnier a construit sa carrière entre la fiction et le documentaire. Son travail à l’image et son expertise lui ont permis d’être jurée pour de nombreuses compétitions prestigieuses, dont le jury de la caméra d’Or au Festival de Cannes de 2015. Claude a démarré sa carrière au cinéma avec Je suis né d’une cigogne de Tony Gatlif en 1999 avec qui elle collaborera de nouveau sur Swing en 2002. Dans sa filmographie citons également Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane Brizé, Le temps des porte-plumes de Daniel Duval ou encore Le gang des Antillais de Jean-Claude Barny.
Avec le soutient du