Discours d’ouverture des Rencontres de la CST – 24 novembre 2014

4
Déc

Derrière l’apparente bonne santé du cinéma français qui tient, avant tout, à ses institutions, à son Centre National du Cinéma, à sa régulation et… à sa CST !, qui font de notre pays un pays phare dans le monde entier, se cache, se profile, se précise, s’accélère une paupérisation croissante de nos métiers. Les déplorables événements qui se sont produits pendant les négociations sur la convention collective (qui ont duré plus de 7 ans rappelons-le), les masques qui sont tombés dans des déclarations de haine ordinaire à l’égard des ‘’techniciens’’, des ‘’technards’’, des ‘’professionnels de la profession’’, méritent un état des lieux, huit mois après un compromis dont vous allez tirer les premières leçons.

Nous avions déjà mis à l’ordre du jour il y a deux ans, le ‘’Low Cost’’et ses avatars au cours d’une journée riche et éclairante et bien anticipé que le ‘’plus vite et moins cher’’ menait directement à la délocalisation, à la fermeture des derniers studios français, à la précarisation croissante des professionnels, à l’obsolescence programmée des matériels qui évoluent de plus en plus vite sans aucune perspective de rentabilité pour ceux qui les achètent et pour ceux qui les pour les louent, sans aucune possibilité d’expérience de longue durée par leurs utilisateurs qui voient leurs outils évoluer sans réel bénéfice artistique et créatif évident…au bénéfice d’une logique économique encore moins évidente.

Peut-être parlerez-vous des doubles domiciliations, en Belgique ou ailleurs, de l’attrait des USA, pays où le salaire n’est pas considéré comme un obstacle à la création (j’y reviendrai), de la mise en liquidation du magnifique Laboratoire Arane, de celle des Studios de Bry sur marne mais… je ne veux pas anticiper sur le déroulement de cette journée… Ne serait-ce que par la présence des personnalités les plus représentatives du cinéma français (je salue à ce sujet la présence parmi nous de Michel HAZANAVISIUS qui nous fait l’honneur de venir parmi nous 2 jours avant la sortie de son magnifique film) cette rencontre souligne déjà la nécessaire solidarité de nos métiers et l’impérieux besoin de nous fédérer autour de revendications aussi simples que logiques.

Est-ce qu’il faut montrer les impasses de l’ « auteurisme’’ dans laquelle est tombée la politique des auteurs, est-ce qu’il faut se positionner contre l’ amateurisme appauvrissant de trop de films français, contre l’individualisme et l’égoïsme forcené du ‘’chacun pour soi et moi d’abord’’, est-ce qu’il faut dénoncer la politique clairement revendiquée du laisser-faire, l’opacité des comptes , la baisse des salaires et l’existence de listes noires établies à l’encontre de ceux qui défendent la qualité des films en revendiquant le droit de vivre de leur métier ?

Et enfin est-ce que ‘’le salaire est l’ennemi de la création’’ comme on a pu l’entendre cette année dans une assemblée de réalisateurs !!!

Ce n’est cependant pas une liste de revendications aigries et défaitistes qui doit s’établir aujourd’hui. La qualité des films dépend pour beaucoup de celle des collaborateurs de création que vous êtes. Le combat pour la défense de ce qui fait la force du cinéma français n’est pas plus vain que ne l’a été celui pour la défense de la qualité de ses écoles publiques : La fémis et l’école Louis Lumière (les meilleures du monde), la qualité des projections de notre parc de salles (le meilleur du monde), du Festival de Cannes (le meilleur du monde … où la CST se distingue précisément avec son ‘’Prix Vulcain de l’Artiste Technicien‘’ une créativité qu’elle a mission à promouvoir), ce combat donc est loin d’être perdu. Il sera même gagné si DIEU… pardon le CNC… qui, en vous écoutant, malgré les attaques injustes dont il fait trop souvent l’objet, parvient à faire appliquer les recommandations et les règles qui en découlent, avec toute la rigueur et la force qu’elles doivent avoir, autant d’un point de vue technique que social.

CE QUI ÉTAIT N’EST PLUS ?

CE QUI VA ADVENIR N’EST PAS ENCORE MAIS …

Nous sommes là pour ça, pour l’exception culturelle, pour l’aventure et la recherche technologique et pour l’épanouissement des créateurs que vous êtes, créateurs qui vont continuer à faire marcher et à contrôler les ‘’machines’’ techniques et économiques, sans se faire diriger par elles.

Ce qui est au fond la raison d’être de la CST…

IMG_7318

IMG_7329