You are currently viewing Angelo Cosimano élu Président de la CST pour un second mandat.

Angelo Cosimano élu Président de la CST pour un second mandat.

Ce jeudi 23 juin 2022 ont eu lieu les assemblées générales ordinaire et extraordinaire au cinéma Pathé Les Fauvettes. Lors de ces assemblées les rapports moral, financier et du Commissaire aux comptes ont été présentés aux adhérents de l’association qui ont validé l’exercice 2021. Les départements de la CST ont également présenté leurs rapports d’activité de leurs actions annuelles.

L’assemblée générale ordinaire a permis d’élire la liste conduite par Angelo Cosimano au Conseil d’Administration de la CST. Angelo entame donc son second mandat à la Présidence de notre association. La liste est composée de :

  • Chloé CAMBOURNAC
  • Hélène DE ROUX
  • Jean-Marie DURA
  • Jean GAILLARD
  • Jean-Baptiste HENNION
  • Gérard KRAWCZYK
  • Ken LEGARGEANT
  • Nadine MUSE
  • Bertrand SEITZ

Suppléant.e.s :

  • Éric GARANDEAU
  • Ludovic NAAR
  • Agnès SALSON

Lors de l’assemblée générale extraordinaire, les adhérents ont voté en faveur de la création d’un second poste de Vice-Président.e. Suite à ce vote, les deux vice-président.e.s d’Angelo Cosimano sont :

  • Claudine NOUGARET
  • André LABBOUZ

Le nouveau bureau sera constitué à l’issue du prochain conseil d’administration.

Découvrez les biographies des membres élu.e.s.

Chloé Cambournac
Cheffe décoratrice de cinéma, de courts-métrages ou de fictions, Chloé s’est formée à l’ENSAD (Arts Déco Paris) en section Scénographie, sous la direction de Guy-Claude François. Investie activement depuis plusieurs années à l’ADC et à l’APC (les César), elle œuvre activement en faveur de l’inclusivité, de la diversité et de la créativité de nos cinémas. Elle a récemment collaboré avec Cédric Klapisch (Deux moi), Mounia Meddour (Papicha) ou encore Sébastien Schipper (Roads)… Membre depuis l’origine du collectif Eco déco ciné.

Angelo Cosimano
Angelo Cosimano a commencé sa carrière au sein de l’équipe d’animation d’une salle Art et Essai de province, entre les problèmes de programmation, la projection et la vente des esquimaux glacés. C’est un spécialiste des conséquences économiques liées aux avancées technologiques dans le secteur audiovisuel. Il a très fortement contribué aux deux précédentes révolutions technologiques importantes : les caméscopes et le format bétacam (durant les années 80) ainsi que les outils de montage virtuel (durant les années 90). Au sein de la société TELETOTA, il a créé et mis en place la première chaîne de postproduction intégrée pour les travaux numériques liés à l’image et au son.
Dès 2001, anticipant les bouleversements liés à l’arrivée de la projection numérique, il a mis en place la chaîne de postproduction digitale au sein du groupe MONAL et a pleinement contribué à la création et au développement de DIGIMAGE Cinéma.
Angelo Cosimano a été vice-président Long métrage de la FICAM, membre de la commission d’agrément au CNC ainsi que de la Commission cinéma de la région Ile-de-France. Il a été le Délégué général de la CST de septembre 2013 à octobre 2018, puis Président de la CST, jusqu’à ce jour.

Hélène De Roux
Après des études de lettres et un CAP de projectionniste, Hélène de Roux apprend le cinéma sur le tas. Depuis 2005 avec Ciné Système, association qu’elle a co-créée, elle a assisté à l’arrivée des caméras numériques sur les plateaux, a créé des formations Afdas qui permettent aux réalisateurs non-techniciens de s’approprier les images de leurs films, et réalise ses films. Elle collabore avec l’équipe marketing de Zeiss depuis 3 ans.

Jean-Marie Dura
Directeur général adjoint des cinémas UGC en charge du réseau de salles jusqu’en 2012, puis directeur général délégué et administrateur d’Ymagis jusqu’en juin 2018, Jean-Marie débute sa carrière après un diplôme de l’ESCP obtenu en 1986 comme auditeur au sein d’Arthur Andersen. Après un passage au sein de l’entreprise familiale des Meubles Dura, il rejoint en 1992 le groupe UGC en tant que directeur financier d’UGC Droits Audiovisuels qu’il quitte après le rachat par Canal+ pour diriger à partir d’avril 1997 le développement et l’édition des jeux vidéo de l’éditeur et distributeur d’Infogrames, basé à Lyon, dont il devient ensuite directeur général en charge des finances.
Fin 1999, Jean-Marie est nommé directeur général adjoint du groupe UGC, et prend la responsabilité du réseau des salles de cinéma du groupe en Europe. Il rejoint en novembre 2012 le groupe Ymagis, leader européen des solutions de financement de la transition numérique et des services numériques aux exploitants, distributeurs et producteurs, dont il pilote l’introduction en bourse et le développement en France et à l’international.

Installé depuis juillet 2015 avec sa famille dans la région de Clermont-Ferrand, Jean-Marie exerce désormais une activité de consultant au sein d’une société de conseil qu’il a fondée en juillet 2017. Il donne également des cours à La fémis et a siégé au bureau exécutif des commissions RIAM puis CIT du CNC, pour lequel il a rédigé un rapport sur l’avenir de la salle de cinéma publié en septembre 2016.

Jean Gaillard
Après 25 ans d’expériences heureuses dans la production et la prestation technique consacrées au secteur de l’animation et aux nouvelles technologies, il a lancé et dirigé IMD France, qui est à l’origine de la dématérialisation de la diffusion des films publicitaires en France, anticipant ainsi d’une dizaine d’années la situation qui prévaut aujourd’hui.
En février 2016, Frédérique Bredin, présidente du CNC, confie à Jean Gaillard la création d’un rapport sur la structuration du secteur français des effets visuels numériques (« VFX »).
Fort de son expérience d’entrepreneur novateur, d’ancien président du RIAM et de son animation remarquée au sein de la commission des industries techniques, Jean Gaillard, entrepreneur des industries techniques du cinéma et de l’audiovisuel, remet son rapport en juin 2016.
Jean Gaillard est aujourd’hui président-fondateur de NOMALAB, qui se spécialise dans les services innovants pour la gestion et la logistique des contenus audiovisuels. 

Jean-Baptiste Hennion
Directeur général chez 2AVI et enseignant.
Après des études de cinéma à l’université Paris 8 et un CAP d’opérateur-projectionniste, il devient opérateur dans les cinémas Action à Paris et assure des régies de festivals autant dans le cinéma que dans la musique et la danse (il passe par la régie générale de Ircam). L’évènementiel reste une source d’inspiration autant dans ses travaux universitaires (ses recherches sur le cinéma dans les fêtes foraines) que dans ses pratiques techniques. L’évènementiel en cinéma, les installations dans les laboratoires et les salles de vision sont des domaines qu’il a particulièrement développés avec 2AVI.
Il rédige le Guide technique de la cabine de cinéma numérique en 2010 pour la CST et la FNCF. Formateur à l’Afomav de 2008 à 2014, intervenant à La fémis, au CFPTS,… il est par ailleurs toujours chargé de cours à l’université Paris 8 où l’histoire des techniques et l’écriture cinématographique restent ses champs de recherches actuels.

Éric Garandeau
Conseiller du Ministre de la Culture, du Président de la République, président du Centre national du cinéma (CNC), et actuellement directeur des affaires publiques de TikTok en France, Eric Garandeau oeuvre au service de la culture et de l’innovation numérique. Au CNC il lance le Jour le Plus Court, crée l’Aide au Cinéma du Monde et lance le plan de numérisation des salles de cinéma et de restauration-numérisation des films de patrimoine.
Avec le violoniste David Grimal il crée un orchestre symphonique qu’il préside (Les Dissonances) et publie deux romans chez Albin Michel (Tapis Rouge, Galerie des Glaces).
A Tiktok il organise les partenariats avec les institutions culturelles (Château de Versailles, Orsay, Grand Palais…). Comme partenaire officiel du festival de Cannes, il propose la compétition #TikTokShortFilm qui réunit 70 000 films réalisant 5,1 milliards de vues, puis lance la TikTok Académie des Créateurs en partenariat avec l’ENS Louis Lumière.

Gérard Krawczyk
Gérard Krawczyk est diplômé de l’université Paris IX Dauphine (maîtrise de Gestion et d’Economie) et de l’IDHEC/FEMIS (réalisation et prises de vues). En 1986, il écrit et réalise son premier long métrage, Je hais les acteurs, nommé aux César et récompensé du prix Michel Audiard, bientôt suivis par L’Été en pente douce. En 1997, après avoir réalisé de nombreux films publicitaires, il revient au long-métrage avec le film musical Héroïnes. La même année, il démarre le tournage du premier Taxi. Ce sera le début de neuf ans de collaboration avec le producteur Luc Besson et des films comme Taxi 2, Wasabi, Taxi 3, Taxi 4, Fanfan la Tulipe (qui ouvrira le 56ème Festival de Cannes). En 2005, il coproduit et réalise La vie est à nous ! où il retrouve l’univers de ses premiers films. Son dixième film L’Auberge rouge nous fait entrer dans un univers visuel et sonore de conte fantastique, rare dans une comédie. Sur la période 2000-2010, il est deuxième au box-office des salles françaises derrière Peter Jackson (Le Seigneur des Anneaux, King Kong…) avec près de 25 millions d’entrées. 

En 2013, il réalise à New-York les deux derniers épisodes de la série Taxi Brooklyn, écrite par Gary Scott Thomson (Las Vegas, Fast and Furious…), série diffusée sur TF1 en France et sur NBC aux Etats-Unis. En 2014, il écrit et réalise un documentaire, Marseille !, film de 105 minutes diffusé sur France 3. Il est le président de la commission cinéma de la SACD jusqu’en juin 2018, période pendant laquelle il a publié son premier roman Foudroyé(s) et tourné son onzième long métrage.

André Labbouz
Exploitant de salles de cinéma dans le sud-ouest (Gaillac, Caussade et Graulhet) et également programmateur de 3 salles dans le Lot, André Labbouz rejoint la direction des salles du groupe Gaumont en 1986 et aura sous sa responsabilité le Gaumont Ouest Boulogne Billancourt, le Gaumont les Halles, et le Gaumont Parnasse.
En 1987, il prend la responsabilité de l’animation des Cinémas Gaumont. Il lance ainsi un programme à destination de tous les enfants du primaire au lycée : « Le cinéma dans ton cartable, dans ton sac à dos et ta petite mallette ».
Il créait également « les Nuits du cinéma dans une grand partie du parc Gaumont ainsi qu’il met en place les cycles Art et Essai « Voir ou revoir 1 fois par semaine » ce qui leur permet de faire obtenir le label A&E pour plus de 200 salles dans toute la France.
Depuis 1990, André occupe les fonctions de Directeur Technique et de la Postproduction de Gaumont.

Ken Legargeant
Formation : Vaugirard/Louis Lumière, études et maître-auxiliaire
Productions : Mais ne nous délivrez pas du Mal de Joël Séria, J’irai comme un cheval fou, l’Arbre de Guernica, l’Empereur du Pérou, Le Cimetière des voitures de Fernando Arrabal, Bel Ordure, Monsieur Balbos, Genre Masculin, La ville des silences de Jean Marboeuf, Neige, Cap Canaille de Juliet Berto et Jean-Henri Roger, Les Princes de Tony Gatlif.
Directeur de la photo : Fernando Arrabal, Jean Marboeuf, etc..
Actuellement : productions pour la FIFA, la LFP (football), FFT (tennis-Roland Garros) et UCI (Union Cycliste Internationale).
Exploitant à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Cinémarine). Editeur de La Méthode d’initiation à la langue et à l’écriture chinoises, méthode de langue (200.000 exemplaires).
Associatif : Président du Groupement d’Employeurs Mer & Vie à Saint-Gilles-Croix-de-Vie – Membre de la Commission des Questions Sociales de la FNCF (Fédération Nationale des Cinémas Français) – Secrétaire général de Territoires et Cinéma.

Nadine Muse
Après plusieurs années en tant qu’assistante monteuse au début des années 70, Nadine Muse travaillera ensuite comme chef monteuse, mais surtout comme chef monteuse son et collabore avec des réalisateurs tels que Gérard Oury et Alain Resnais, Claude Miller, Yves Boisset, Patrice Chéreau, Roman Polanski, Michael Haneke ou encore Michel Hazanavicius.
Nominée au BAFTA (British Academy Film Award du meilleur son) pour son travail sur le film The Artist en 2012, ainsi qu’aux César pour son travail sur les films Mortelle randonnée, Les enfants du Marais, La Vénus à la fourrure, Amour et Ceux qui m’aiment prendront le train. Elle obtient l’European Film Adward pour le film Caché.

Ludovic Naar
Diplômé de l’université de Valenciennes, titulaire d’un DESS management de la communication audiovisuelle, il exerce depuis 1999 en tant que directeur de production et de postproduction de fictions longs métrages, séries télévisuelles, téléfilms et documentaires.
Parallèlement à cette activité, il crée en 2005 la société de production Les Films du Marigot. Cette société a produit, entre autres, une trilogie de long métrage documentaire.
Ludovic Naar a été représentant du département Production-Réalisation de la CST de 2012 à 2018 et membre de son conseil d’administration.

Claudine Nougaret
Depuis trente ans, Claudine Nougaret et Raymond Depardon partagent leur passion pour le cinéma et la photographie, elle au son et à la production et lui à l’image et à la réalisation. Artistes autodidactes, ils fondent leur maison de production Palmeraie et Désert. Ensemble, ils réalisent notamment les films Urgences (1988), La Captive du désert (Cannes 1990), Délits flagrants (1994), Afriques : Comment ça va avec la douleur ? (1996), Paris (1998), Profils paysans : l’approche (2000), 10e Chambre, Instants d’audiences (2004), Profils paysans : le quotidien (2005), La Vie moderne (2008), Journal de France (2012), Les Habitants (2016) et 12 jours (2017).
Depuis ses débuts, Claudine Nougaret privilégie le son direct dans ses productions. Elle débute en étudiant la musicologie, puis devient projectionniste et suit les cours du soir à Louis-Lumière en section son. Assistante son en long-métrage, elle apprend la rigueur sur les films d’Alain Resnais, Gérard Jugnot, Claude Chabrol et Claude Miller.
En 1986, elle signe le son direct du film Le Rayon vert d’Éric Rohmer, récompensé par le Lion d’Or du Festival de Venise. Puis suivront Les Baisers de secours de Philippe Garrel, La Nage indienne de Xavier Durringer, etc… Elle co-écrit avec Sophie Chiabaut Le Son direct au cinéma aux éditions de La fémis.

Agnès Salson
Diplômée de la section distribution/exploitation de l’école nationale de cinéma La fémis, Agnès Salson est partie sur les routes de France et d’Europe avec son partenaire Mikael Arnal pour explorer comment les salles de cinéma indépendantes se réinventent. Le projet conduira à la publication de Cinema Makers – Le nouveau souffle des cinémas indépendants (2019, Le Blog Documentaire). Elle a co-fondé la salle de cinéma La Forêt Électrique à Toulouse et souhaite faire vivre un cinéma chaleureux, ancré dans la cité, embrassant les nouvelles pratiques et les nouvelles formes d’images animées.

Bertrand Seitz
Né le 24 juillet 1960, il commence des études d’Architecture aux Beaux Arts de Paris en 1979. Tout en étudiant, il commence les expériences professionnelles en agence puis chez Bouygues ou à la SAE. En 1985, il suit les cours de messieurs Fabre et Perrotet et découvre la scénographie à travers le chantier du Théâtre de la Colline qui leur est confié.
À partir de 1986, il commence sa carrière professionnelle en assistant durant 4 ans le scénographe Dominique Pichou, au cours d’opéras et de pièces de théâtre. (Pour A. Marcel, A. Voutsinas, M. Maréchal, D. Planchon et d’autres).
En 1990, Il commence une carrière de premier assistant décorateur au cinéma en travaillant au coté de décorateurs comme H. Tissandier, B. Vezat, F. Emmanuelli ou encore Hilton Mac Connico pour des évènementiels de luxe.
En 1994, il collabore au coté de Jean Rabasse, aux décors de La cité des enfants perdus, point d’orgue de son travail comme assistant

En 1996, il quitte ce poste à la suite du film Le Bossu de Philippe de Broca (ayant alors obtenu sa 2e dérogation de carte professionnelle de chef décorateur).
En 2001, il signe son premier film cinéma : Nid de Guêpes de F.E.SIRI. Film où l’importance des décors (par le fait qu’ils sont détruits à l’image) et des constructions fut majeur.
À partir de 2018, il collabore avec une vingtaine de réalisateur comme ; A. Dupontel, M. Caro, E. Besnard, Djamel Bensalah, David Marconni, et d’autres.