Présentation et historique

Créée en 1944, la Commission Supérieure Technique de l’image et du son est une association Loi 1901 à but non lucratif rassemblant les professionnels du cinéma, de l’audiovisuel et du multimédia. Expert reconnu et indépendant de la chaîne commerciale, elle est un organisme représentatif et collectif désigné par la profession et le monde juridique.

L’association contrôle et défend la qualité des images et des sons, de leur captation à leur exploitation et diffusion, en s’appuyant sur les savoir-faire de ceux que fédère cette même ambition.

Sont adhérents aujourd’hui à la CST : Des chefs opérateurs, ingénieurs du son, producteurs et directeurs de production, post-producteurs et créateurs d’effets spéciaux, monteurs, techniciens de laboratoires, réalisateurs, exploitants de cinéma, projectionnistes, décorateurs, ingénieurs en imagerie électronique et chaînes sonores, créateurs d’images de synthèse, professionnels de l’animation et de l’animation, formateurs et autres professionnels du secteur. Près de 500 adhérents représentent l’ensemble des activités du cinéma, de l’audiovisuel et du multimédia.

La CST est dirigée et animée par un Conseil d’Administration et son Président. Ceux-ci définissent le programme d’actions de l’association et gèrent les moyens financiers et humains.

Elle est organisée en 5 départements (Image, Son, Production-Réalisation, Postproduction, Exploitation-Diffusion), qui couvrent tous les maillons de la chaîne de production et de diffusion du cinéma, de la télévision et du multimédia.

Chaque département est représenté par deux professionnels du secteur, qui organisent et animent les échanges lors des réunions. Les représentants de départements assurent également le suivi des travaux et rédigent des comptes rendus destinés à être publiés à l’ensemble des membres de la CST. Les réunions de départements permettent d’assurer une mission de veille technologique de nos professions du cinéma et de l’audiovisuel : toutes les technologies concernées sont discutées, appréciées, testées, expertisées au sein de la CST. Lors de ces réunions, nous développons également de nombreuses réflexions prospectives concernant les nouvelles technologies émergentes afin, avec nos partenaires publics et privés, de déterminer de nouvelles applications de ces technologies aux médias cinémas et audiovisuels.

Un Bureau, issu du Conseil d’Administration, et une équipe de douze permanents, placée sous l’autorité du délégué général, assurent le fonctionnement au quotidien des activités de l’association. Cette équipe de permanents comprend des experts des technologies de la captation et de la diffusion. Ils sont chargés d’animer l’activité des 5 départements et de conduire les différentes missions de la CST.

Les missions de la CST sont étroitement liées aux progrès des techniques de l’image et du son, comme en témoigne l’évolution du rôle de l’association. Cette dernière a été créée en 1944 pour participer à la reconstruction du cinéma français et favoriser le passage du noir et blanc à la couleur.

Actuellement, la CST est impliquée dans la transition du cinéma et de la télévision vers le numérique et dans l’émergence de nouveaux médias.

Nous testons et expertisons toutes les nouvelles applications proposées par les fabricants et les opérateurs. Nous évaluons leur opportunité dans la chaîne de fabrication et de diffusion, nous testons leur fiabilité et leur interopérabilité avec les autres technologies.

La CST est à la pointe des recherches et évaluations technologiques dans le domaine des serveurs, des projecteurs, des contenus, du transport physique et dématérialisé des contenus, de la chaîne de sécurisation des données et de l’interopérabilité des matériels. Initiant elle-même des projets innovants, elle contribue à stimuler la recherche et à suivre une veille technologique de pointe.

Son secteur Recherche et Développement met au point les outils de références et de test dans les différents secteurs d’activité du cinéma, de la prise de vue à l’exploitation en passant par la postproduction.

Ce secteur travaille en étroite collaboration avec les différents départements de la CST, qui apportent une expérience concrète du terrain ainsi qu’une vision professionnelle. Les départements de la CST permettent d’avancer de manière complémentaire.

L’année dernière, deux groupes de travail ont été initiés au sein des départements :

CST-RT-030 : Recommandation technique sur la sauvegarde et la sécurisation des données numériques en cours de tournage et postproduction, leur sauvegarde et leur conservation à court terme
CST-RT21-MFFW : Recommandation technique sur les fichiers numériques d’échange et d’exploitation des œuvres cinématographiques dit « Fichier mezzanine ».

Le rôle de la CST est de proposer et de préparer la création des nouvelles normes nécessaires. Bien sûr, nous participons à de nombreux échanges et groupes de travail européens et internationaux concernant la nécessaire correspondance ou interopérabilité des différentes normes de chaque pays.

La CST est membre de l’AFNOR (Association Française de Normalisation) et organise pour elle différents groupes de travail de normalisation. Dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel.

Print Friendly, PDF & Email